L'alcool, est-ce un problème ?

Vous avez des craintes sur votre consommation ? Votre entourage vous a déjà fait des remarques sur votre manière de boire ? Si boire de l’alcool peut être synonyme de convivialité, de plaisir ; boire trop et trop souvent, peut devenir problématique. Chaque jour offre des occasions de boire un verre.

Au cours des repas, à l’occasion d’un pot d’entreprise, après le travail avec vos amis, vos collègues, le soir en famille ou encore pour décompresser après une longue journée. 

Comment repérer une consommation excessive ?
 
  • Vous consommez de l’alcool de plus en plus souvent.
  •  Les quantités d’alcool bues sont de plus en plus importantes.
  • Les conséquences négatives deviennent plus nombreuses.
Quels sont les signes plus inquiétants ?
  • Ressentir des difficultés, lorsque vous buvez, à vous arrêter.
  • Ressentir que votre envie de boire est grandissante ou que les occasions se multiplient.
  • Observer une modification de vos comportements et relations avec vos proches.

Il est important de considérer ces signes dans un ensemble. Ils ne doivent jamais être considérés
seuls.
Comme expliqué au départ, la consommation d’alcool peut être encouragée par votre vie sociale.

 
Toutefois, il existe bien d’autres motivations soutenant la consommation d’alcool.

« Je bois pour décompresser »
La consommation d’alcool peut apparaitre comme étant un moyen de relâcher la pression, calmer votre stress et donner
l’impression d’être davantage capable de faire face. Cependant, même consommé en quantités limitées,
cette consommation peut progressivement prendre plus de place que vous ne le souhaitez et vous
amener à augmenter les quantités ou la fréquence. Dès lors il semble important de rester vigilant à vos
habitudes de consommation. Et si ne pas boire d’alcool pendant quelques jours vous semble
difficile ou si le quotidien est vraiment trop pénible sans cette béquille, n’hésitez pas à en parler.

« J’ai passé une bonne journée, je bois »
Souvent la consommation d’alcool est associée au ressenti d’émotions négatives. Cependant nous
observons que les émotions positives sont aussi vectrices de consommation. Ainsi afin de feindre de
prolonger celles-ci, il arrive de boire de l’alcool.

« J’ai honte de boire »
Egalement, si les représentations sociales tendent à rendre plus acceptable un homme qui sait boire et tenir
l’alcool, lorsque la dépendance s’installe, la honte touche les deux sexes. Celle-ci vous amène
potentiellement à mettre en place toute une série de stratégies permettant de dissimuler la
consommation d’alcool. Les stratagèmes pour masquer sa consommation, faire semblant ou la nier,
demandent une grande énergie et amènent à ressentir d’autant plus de culpabilité et même parfois du
dégoût envers soi. En effet, prendre conscience de cela est un premier pas vers le changement.

Il existe différentes causes qui favorisent l’initiation et le maintien de la consommation. Notamment, rompre le
silence est une manière de pouvoir accepter sa difficulté et de commencer à poser un regard
bienveillant sur vous-même. Dans tous les cas, nous vous rappelons qu’il est, dans certaines
circonstances, très important de demander de l’aide à un médecin, car l’arrêt brutal d’alcool peut parfois
être dangereux pour la santé.

Vous avez besoin d’aide ? 

Vous souhaitez vous faire accompagner dans la prise en charge de votre addiction ? 

N’hésitez pas à contacter notre psychologue Jean-Sébastien Lecat : 

  • 02 351 51 57 
  • 0483 16 54 71

Retrouvez le profil de Jean-Sébastien Lecat, ici. 

Prenez rendez-vous directement en ligne.

FR